Royal Cinam Club test generated by VisualLightBox.com

Bienvenue au Royal Cinam club asbl

Notre passion est le reportage vidéo.

Une passion que nous ne demandons qu'à partager.

image01

Reportages videos

Pourquoi ne pas laisser quelques belles images aux générations futures.

C'est une passion qui n'a pas de fin.

image02

Nous pouvons vous aider

Vous souhaitez vous initier ou tout simplement approfondir vos connaissances du court métrage.

Vous pouvez compter sur le Royal Cinam Club asbl.

image03

QUI SOMMES-NOUS

Le Cinam rassemble actuellement une cinquantaine de membres dont la passion n’a d’égale que la qualité des productions vidéo. Ces dernières sont réalisées pour le plaisir de partager entre amateurs des productions originales ou pour certains, de les présenter à l’occasion d’un concours national ou même international. De nombreux prix ont déjà été remportés, dans différents festivals toutes catégories confondues, par certains de nos membres.

Au Cinam, toutes les productions sont les bienvenues, les documentaires, les films animaliers, les reportages, les clips musicaux, les films d'animations, sans oublier bien sûr les fictions.

Les séances de projection sont organisées à raison d’une par quinzaine. Les films réalisés par les membres sont appréciés par l’ensemble de l’assemblée suivant le degré d’analyse souhaité par le réalisateur. Ces remarques, toujours constructives, vont lui permettre de constater l’impact que son film a eu sur un public exigeant et de faire ressortir également les points forts et ceux qui devront être améliorés. Il est certain qu’une production pour le plaisir ne sera pas examinée avec les mêmes critères qu’un film destiné à la sélection d’un concours.

D’où venons-nous?

C’est au lendemain de la guerre 40-45 que quelques amis passionnés par l’éclosion du cinéma amateur, se réunissent à l’initiative de Hector Piron, photographe à Namur. Guy de Chaffoy nous explique que c’est en 1948, suite à l’une de ces réunions que son ami André Demoulin, le Dr Vallenschoot, Hector Piron et lui-même forment une première association qui va s’étoffer rapidement pour se constituer l’année suivante (1949) en asbl sous le nom de : CINAM. (Cinéastes amateurs namurois).

Bien qu’il ne soit jamais devenu membre du Club, dès le départ, les réunions se tiennent dans la maison familiale d’Hector Piron (lieu qui est aussi sa maison de commerce). Hector Piron estimait qu’il se trouvait dans une position délicate en tant que commerçant en produits photographiques et en tant qu’amis des gens qui faisaient du cinéma. (Faits rapportés par Ludo d’Hoop).

A cette époque, n’importe qui possédant une caméra et qui avait un parrain au Club, pouvait entrer au Cinam. Le parrainage avait été institué pour que les membres sachent quand même plus ou moins qui était amené comme futur ami, car le club n’était constitué que d’amis qui se connaissaient bien et qui s’appréciaient.

Pour garantir aux membres une certaine liberté de propos, les robes n’étaient pas admises, pas plus que les curés (puisqu’ils étaient toujours en soutane à cette époque), a fortiori, ni les nonnettes, ni les femmes. C’est GERARD SEVRIN, au cours de sa présidence - dans les années ’60 - qui a accepté la présence des épouses et décrété que les femmes pouvaient désormais faire partie du Club. (Faits rapportés par Guy de Chaffoy).

La vie du Cinam n’a connu aucune parenthèse depuis sa création et l’apparition de la vidéo (analogique d’abord, digitale ensuite) au cours des années ’90, a donné un nouvel élan au Club. C’est pendant ces années-là, que naissent les « Ateliers du Cinam » où de nouveaux membres viennent s’inscrire en masse, pour apprendre le langage cinématographique, le montage de films sur PC, l’écriture du scénario, la réalisation de reportages … voire tout simplement la manipulation de leurs nouvelles caméras numériques.

C’est à partir de ces mêmes années que se font des tournages ambitieux dans lesquels tous les membres du Club sont intégrés et que les réalisateurs du Cinam trustent les prix dans les concours. (Unac, FCVFB, Benelux, Drake etc …).

Les années 2000 voient apparaître le CINAMAGAZINE (le journal du Club, à parution quinquénaire), un concours club annuel : « TROIS MINUTES DE PLAISIR » et un CINE-DIALOGUE où sont analysés et jugés par un jury de professionnels du Cinéma et de la Télévision, une sélection de films représentatifs de la production annuelle des membres du Club. C'est pendant ces années-là également, qu'apparait pour la première fois sur Internet le nom du Cinam (cinam.be) qui abrite un premier site. C’est aussi à cette époque (en 2004 exactement) que le Cinam a été reconnu « ROYAL » et qu’il a pris le nom de ROYAL CINAM CLUB asbl. Dans l’histoire du Cinam, deux points bien particuliers sont dignes d’être soulignés :

- La Fédération des clubs de ciné-vidéastes francophones de Belgique a confié pendant 20 ans l’organisation de son festival annuel au Cinam. Ce long bail témoigne de la place importante du Club dans le cinéma amateur francophone. - Un second point mérite d’être mentionné. C’est le rôle joué par Stéphane Rubay

- un cinéaste de talent, aux avis éclairés - qui a assumé pendant tout un temps, la présidence de la Fédération, mais surtout celle du Cinam, pendant plus de trente ans.

Aujourd’hui, le Club se porte toujours très bien. Si la pellicule a définitivement disparu au profit de la vidéo haute définition, les objectifs du Club, eux, sont restés les mêmes : initier les amateurs aux techniques audiovisuelles, veiller à leur perfectionnement et les aider dans la réalisation et la production de films. C’est sans doute la raison pour laquelle de nouveaux vidéastes amateurs viennent rejoindre le club chaque année, comblant les vides laissés par le départ d’autres. Et c’est toujours avec le même plaisir et la même convivialité qu’ils sont accueillis, même si à présent, c'est plutôt un smartphone qu’ils tiennent au bout des doigts.

Historique des Présidents du Cinam

De 1949 à 1960 :

André DEMOULIN
Guy HILGERS
François DEBAUCHE

De 1960 à 1970 :

Gérard SEVRIN

De 1970 à 1973 :

Guy de CHAFFOY

De 1973 à 2005 :

Stéphane RUBAY

De 2005 à 2010 :

René LAMOTTE

Depuis 2010, c’est André THERASSE qui préside aux destinées du Cinam.

PRESENTATION DU COMITE

André THERRASSE
Président
0494 18 27 73
Maurice MINET
Vice-président
0475 46 37 24
Francis CORDIER
Trésorier
071 74 05 97
Philippe NIHOUL
Secrétaire
0495 58 52 79
Hélène LAMBERT
Administratrice
0497 67 33 15
Daniel LAKAIE
Administrateur
0476 74 33 43
Michel LURKIN
Administrateur
0495 71 10 91

NOS ACTIVITES

Bilan du 1er semestre 2019


1 – MICHEL BLANPAIN a décroché le PRIX DU PUBLIC au FIFA (Festival International du Film Animalier d’Albert – France) le 24 mars 2019, avec son film « 20 ANS APRES ». Cette récompense, toujours la plus convoitée des réalisateurs, consacre une fois de plus le talent de notre ami Michel et prouve - ô combien - son regard sur le monde animalier séduit petits et grands.

2 – Le DANLAK STUDIOS (Françoise Lorguet et Daniel Lakaie) ont eu l’honneur de voir leur film « LA GUERRE DES MONDES » projeté à la séance de gala du 52ème Concours Provincial de l’EPLICINA – qui s’est déroulé le 7 avril 2019 dans les locaux du Royal Caméra Club 8/16 à Liège. Outre cette reconnaissance, le film a reçu une médaille de bronze et a été classé à la 4ème place dans la catégorie « Fiction ». Bravo au « Danlak Studios » dont nous sommes impatients de découvrir le prochain film d’animation.

3 – La soirée de courts-métrages, le samedi 27 avril 2019, organisée par le Centre Culturel Gabriël Bernard à Moustier S/Sambre – et intitulé « C’EST FILME PRES DE CHEZ VOUS » a fait la part belle au Cinam, en projetant 2 films tournés par le Club. COURT TOUT ROUGE de Benoît Zénon, une comédie policière (2005) LA DERNIERE NOTE de Maurice Minet, un drame dans le milieu des musiciens (2002)

4 – Bravo Emma. Première compétition, un carton. C’est le film « BIENVENUE CHEZ LES MENTAWAIS » de EMMANUELLE LEMAÎTRE qui a gagné le Concours OPEN organisé par la FCVFB, à l’occasion du Gala de Clôture qui s’est déroulé le dimanche 28 avril 2019 au Centre Culturel Gabriël Bernard de Jemeppe S/Sambre. Emmanuelle – dont c’était le premier film – emporte les suffrages du public et reçoit un COQ offert par la F.C.V.F.B. (Fédération des Clubs Vidéastes Francophones de Belgique), faisant du même coup son entrée dans la cour des grands.

5 – Concours Club sur un thème imposé. Cette année : METIERS et PROFESSIONS. C’est le 31 mai 2019 qu’a eu lieu le nouveau concours du Cinam et c’est une fois de plus le vote du public qui a départagé les candidats. Sur les 3 marches du podium on trouve :

N°1 – MA VIE EST UN MANEGE de Emmanuelle Lemaître
N° 2 – LA CITE DES VIOLETTES de Michel Lurkin
N° 3 – LE SOURCIER de Christiane Lemaîre.

Bravo à tous les participants et à tous les membres présents ce soir-là qui encouragent ainsi l’esprit créatif de tous les « Cinamiens ». Prochain concours club : décembre 2019 – 15ème édition des « TROIS MINUTES DE PLAISIR ».



Les premières oeuvres du cinéma ont été des courts-métrages.

Puis ils ont été cantonnés au rôle d'avant-programme ou de film expérimental.

Grâce à quelques réalisateurs de talent, le court-métrage est en train de retrouver ses lettres de noblesse.

L'émergence de nombreux festivals consacrés aux " courts " est révélatrice de ce renouveau.

Nos flash

01 Theo Ramelotjquery lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 8 février 2019

Aperçu photos

Flash

20190208 Seancejquery lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 22 février 2019

Aperçu photos

Flash

20190222 seancejquery lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 8 mars 2019

Aperçu photos

Flash

20190308 seancejquery lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 22 mars 2019

Aperçu photos

Flash

20190322 seancejquery lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 5 avril 2019

Aperçu photos

Flash

20190405 seancejquery lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 19 avril 2019

Aperçu photos

Flash

20190419 seancejquery lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 3 mai 2019

Aperçu photos

Flash

FLASHS DU 3 MAI 2019 finalhow to embed video in wordpress by VideoLightBox.com v3.1


Programme de la séance du 13 septembre 2019

Aperçu photos

Flash

Flashs du 13 septembre 2019web video player by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 27 septembre 2019 (Annulée, reportée au 11 octobre 2019)

Aperçu photos

Flash

Flashs du 27 septembre 2019video lightbox by VideoLightBox.com v3.1

Programme de la séance du 11 octobre 2019

Aperçu photos

Flash

20191011lightbox video by VideoLightBox.com v3.1


LE MOT DU PRESIDENT

AG statutaire du 25 janvier 2019

Combien de fois, au Club, après la projection d’un film sur le grand écran, n’ai-je entendu de la bouche de l’auteur – quelque peu déçu – « Ce n’est pas comme chez moi. Mon film passe beaucoup mieux sur ma télé ».

Nous allons donc faire la part des choses et essayer de comprendre ce qui fait la différence entre un film diffusé sur un téléviseur et le même film projeté sur un grand écran et surtout nous allons voir comment nous – amateurs – pouvons y remédier et gommer cette différence.

Voir un film dans une salle de cinéma, sur un très grand écran, dans une ambiance feutrée ou voir un film en mangeant, dans une pièce éclairée, en compagnie de plusieurs personnes qui parlent en même temps, influence très largement notre perception, ce que nous allons ressentir et comprendre.

Il faut donc qu’il y ait une logique entre le contenu du film et les conditions dans lesquelles nous allons le voir.

La taille de l’écran par exemple, est très importante. Sur un grand écran nous pouvons avoir une image avec beaucoup de profondeur de champ. Différentes actions peuvent se dérouler simultanément sur différents plans. Mais quand nous regardons ce même film sur un écran de télévision, sa taille étant notoirement plus petite, nous ne pouvons distinguer aussi bien toutes ces actions. D’une certaine manière, c’est aussi différent que de regarder la reproduction d’une peinture dans un livre d’art et d’aller voir la toile originale dans un musée.

Dans le cas d’un ordinateur personnel, d’une tablette ou d’un smartphone, les conditions de visionnage sont encore plus particulières. Nous sommes beaucoup plus près de l’écran et nous nous trouvons le plus souvent seuls. Ce qui génère un niveau de concentration plus important que devant un téléviseur.

En fonction de tous ces éléments, un certain nombre de questions doivent se poser quant à la relation entre la manière dont va être tourné le film et les conditions de diffusion dans lesquelles il apparaîtra au public.

Deux points de repère sont importants :

* Quel est le niveau de concentration possible du spectateur ? Plus il lui sera difficile de se concentrer plus simplement devra être tourné le message audiovisuel. (Exemples : abondance de gros plans et de plans rapprochés)
* Quelle est la taille de l’écran ? Plus l’écran est grand et la qualité de la lumière équilibrée, plus nous pouvons charger d’informations le message audiovisuel. (Par exemple : une grande variété de plans, des mouvements de caméra, des paysages époustouflants etc).

Soit dit en passant, les grandes sociétés de production et de diffusion d’œuvres audiovisuelles l’ont bien compris. C’est ainsi que Netflix qui vient de s’introduire dans le monde de la production, ne réalise et ne produit que des films destinés à la Télévision au grand dam des sociétés cinématographiques traditionnelles (les Majors comme on les appelle) qui elles ne misent que sur la distribution de leurs films en salle d’abord avant de penser à leur diffusion plus tard en télévision et leur vente aux particuliers ensuite sur DVD et BR.

Alors, quand après la projection de votre film sur grand écran, je perçois parfois votre désappointement je pense qu’il est nécessaire de rappeler les différences existant entre un PROJECTEUR et un TELEVISEUR.

Les téléviseurs actuels sont dotés de filtres, amplificateurs et autres dispositifs qui INTERPRETENT et AMELIORENT les images, alors qu’un projecteur ne peut que restituer fidèlement les images qui lui sont données. (Les seuls réglages disponibles étant basiques. Ils ne concernent que l’intensité lumineuse, la colorimétrie, la dynamique et le renforcement de la netteté).

Si les images sont de qualité elles seront magnifiées à la projection, mais gare si elles présentent le moindre défaut car celui-ci deviendra visible et sera largement amplifié.

A titre purement informatif, savez-vous qu’il existe actuellement des technologies qui permettent d’afficher de nombreux niveaux d’intensité lumineuse, dans une même image, afin d’éviter les noirs bouchés sur des images trop sombres ou des blancs brûlés sur celles qui sont trop lumineuses. C’est ce qu’on appelle le HDR pour « Hight Dynamic Range – imagerie à grande gamme dynamique en Français ». Le HDR a pour vocation de rendre plus naturelles, les couleurs et d’améliorer significativement les contrastes en se rapprochant de ce que l’œil humain perçoit dans la réalité.

Alors que la plupart des vidéastes s’équipent en 4 K, voire même en 8 K aujourd’hui - et font la course au plein de pixels, ils négligent l’étage final qu’est le téléviseur. Un téléviseur LED ou OLED, ultra HD, d’une résolution de 3840 x 2160 pixels et technologie 4K HDR restitue une bien meilleure image qu’un film produit en 8 K, mais diffusé sur un téléviseur UHD actuel (même s’il est qualifié de 4K). C’est un peu le pendant d’une installation audio très performante mais qui serait dotée de diffuseurs médiocres.

Après toutes ces considérations, il faut se demander comment faire pour assurer une qualité constante de nos images, quelles que soient les conditions de leur diffusion ?

Il n’y a pas de miracle, c’est à la prise de vues que tout se joue. Il faut composer des IMAGES PROPRES, SIGNIFIANTES, BIEN EQUILIBREES, BIEN EXPOSEES … en utilisant les REGLAGES MANUELS de sa caméra (mise au point, ouverture, vitesse d’obturation, balance des blancs etc) en EVITANT ABSOLUMENT LE RECOURS AUX AUTOMATISMES. (Voir les pompages et autres défauts largement amplifiés à la projection sur grand écran, mais indétectables sur de petits écrans).

La maîtrise technique de son matériel, la préparation du film, la connaissance des conditions de tournage et celles de diffusion, sont autant de critères qui marquent la différence entre un professionnel et un amateur. Mais si, dès le départ vous faites des images de qualité, il n’y aura aucune différence de perception entre vos films suivant qu’ils soient vus sur un téléviseur ou bien projetés sur un grand écran en salle de cinéma.

Quelles que soient vos ambitions, rappelez-vous qu’un métier cela s’apprend et qu’il faut l’exercer au quotidien pour devenir performant.

Je vous remercie de votre attention.

André Thérasse
Président du Cinam

AG annuelle du 25 janvier 2019


CINAMAGAZINE

Stabilisateur portable DJI Osmo Mobile 2 pour smartphones (149€)

Stabilisation : 3 axes
Capacité de batterie : 2600 mAh
Autonomie : 15h
Connectivité : Bluetooth
Taille replié : 295×113×72 mm
Poids : 485 g




Quelques photos du Banquet 2019







Fais moi rire






Depuis ses débuts, le Festival met en lumière des cinéastes amateurs et leurs films dédiés à la nature.
Notre concours, ouvert depuis février, permet à ces passionnés de la faune et de la flore de soumettre leur(s) film(s) en vue d'être repris dans la sélection officielle de l'édition 2019 du Festival.



Dans le cadre de ces projections publiques, le Festival organise une compétition dédiée aux films amateurs.
Ce concours est ouvert aux films consacrés à la découverte, l’observation, la protection et la conservation de la nature sauvage ainsi qu'aux problématiques environnementales.
Quelles sont les conditions pour y participer ?
Ce concours est réservé aux cinéastes amateurs. Les films inscrits doivent être consacrés à la nature et d'une durée maximum de 5 minutes. Retrouvez toutes les conditions dans notre règlement.
Comment participer au concours des films amateurs ?
Surfez sur notre site internet, vous y trouverez le règlement ainsi que le formulaire d'inscription électronique. Vous avez jusqu'au 15 août pour soumettre vos films.



PARTICIPEZ À NOS 4 CONCOURS INTERNATIONAUX

Le Festival International Nature Namur, c'est quatre grands concours internationaux, films et photos, dédiés à la nature et à l'émerveillement qu'elle suscite. Les concours de cette 25e édition sont ouverts depuis le 1er février 2019.

Plus de 30.000 € sont offerts aux gagnants de nos concours !

Voici l'article paru dans la revue "Hippocampe" du club de plongée à Tournai.

Une chronique de JP De Clerck

Le vidéogramme “LE PORTABLE” a été réalisé en tenant particulièrement compte des questions fondamentales auxquelles tout film devrait répondre systématiquement. (Qui, quoi, où, combien … ?) Dans ce court-métrage-ci, aucune réponse n’est donnée, ce qui oblige le spectateur à créer dans son esprit son propre scénario. Mais, comme on fait de l’audiovisuel, un soin tout particulier a été apporté à l’écriture du scénario et à sa mise en scène de telle sorte que le son et l’image créent un contexte destiné à conditionner l’esprit du spectateur. Le son, clair ou étouffé, rapide ou lent … et l’image, lumineuse ou obscure, chaude ou froide. Et nous n’en sommes pas (pas encore) au stade du Meilleur des Mondes et du cinéma sentant. Mais la réalité virtuelle annonce déjà cette … évolution.

IMAGES



Le film commence par un titre assez « passe-partout » mais il est placé sur un téléphone noir déposé sur un velours vert « dégueu », peu sympathique. C’est « négatif » et « démoralisant » dès le départ. C’eut été tout différent avec un téléphone bleu posé sur le sable blanc d’une plage à cocotiers. Ou avec un téléphone blanc, la couleur des fusées de la NASA, « flottant » sur un fond d’étoiles.

SON



Le son ensuite. On débute par ORANGE COLORED SKY, version chantée par Nat King Cole. Mind in my business, situe l’état d’esprit initial du personnage. La musique est enjouée et l’acteur a l’esprit à ses petites affaires. Mais le téléphone sonne et … TOUT VA TRES BIEN MADAME LA MARQUISE. Les paroles sont assez connues pour qu’il soit inutile de les chanter. Mais en fait rien ne va bien, ni pour la Marquise, ni pour le personnage.

LA QUESTION COMBIEN



A cette question, la réponse, non dite, est immédiatement supposée très perturbante puisqu’elle déclenche la réaction de rage du personnage qui piétine son téléphone.

LA MEDAILLE



On comprend à présent le pourquoi d’une médaille, assez discrète, portée au cou du personnage. Une médaille certifiant qu’il avait été vacciné. Les vaccins ne protègent pas totalement … surtout pas le « moral ».

ENFIN LE TABLEAU « LES PORTEURS DE MAUVAISES NOUVELLES »



Si, dans l’antiquité on « liquidait » les porteurs de mauvaises nouvelles, actuellement, certains, des journalistes, entre autres, ne sont pas loin de subir le même sort. Ils y laissent leur vie. Voilà tout ce que j’ai voulu mettre dans un « bête film » de moins de 2 minutes. Mais je ne sais pas si beaucoup de spectateurs y ont vu tout cela. Jean-Paul De Clerck.



TRUCS ET ASTUCES

Merci à JM Grognard pour cet arcticle concernant la fabrication de ce boîtier.


Confection d’un boîtier pare-soleil

Trouver une boîte en carton épais des dimensions du plan ou mieux en fonction de l’écran du caméscope.

Découper à l’aide d’un cutter une fente de la forme de l’épaisseur de l’écran.

1ére possibilité : A l’aide d’une bombe de couleur noire mat peindre l’intérieur et l’extérieur de la boîte.

2éme possibilité : Prendre une feuille de papier noir mat grammage minimum 120 mg et la découper suivant le plan en rectifiant les mesures en fonction de la boîte utilisée.

Plier à 90°aux endroits indiqués.

Encoller toute la surface du papier et éventuellement toutes les parties extérieures de la boîte et 20 mm à l’intérieur.

Ajuster par collage le papier sur la boîte, replier maintenant les 20 mm dépassant vers l’intérieur de la boîte, bien presser pour un collage efficace.

Laisser sécher le temps nécessaire pour une bonne adhérence.

A l’aide d’une bombe de couleur noire mat peindre l’intérieur de la boîte.

Attendre que la peinture soit sèche et enfin, découper dans le papier, à l’aide du cutter, l’orifice pour le passage de l’écran du caméscope.

Votre pare-soleil est terminé.

NOS LIENS

Septième Art Amateur - Seraing
Superbes images et vidéos gratuites
Le repaire - Forum
Matériel vidéo, test, etc. - Magazine Vidéo

Rejoignez-nous

Lorsque votre demande d’adhésion sera enregistrée, vous serez invité à venir passer une première soirée au Cinam afin de faire
la connaissance de ses membres et d’apprécier l’ambiance qui règne au Club.
Après une seconde séance et suivant l’avis favorable du Comité, vous pourrez alors être inscrit en tant que membre
(effectif ou sympathisant, selon votre choix).Cette inscription ne deviendra effective qu’après paiement de votre cotisation
(calculée au prorata du nombre de mois restants, avant la fin de l’année civile en cours).

MONTANT DES COTISATIONS

Membres effectifs 60 € pour un couple
45 € pour un membre isolé
30 € pour les moins de 20 ans
15 € pour un membre sympathisant
Seuls les membres effectifs (et actifs) bénéficient du droit de vote à l’Assemblée Générale de l’asbl et peuvent faire partie de son Conseil d’Administration.

N'hésitez-pas à nous laisser un mesage et/ou nous poser des questions

Cliquer sur le lien "Contactez-nous" ci-dessous pour ouvrir le formulaire de contact

Contactez-nous